Chap. X. De mŽnager sa volontŽ

 

„ Au prix du commun des hommes peu de choses me touchent ou pour mieux dire me tiennent ; privilge dÕinsensibilitŽ ; autant que je puis je mÕemploie tout ˆ moi

„ Par rapport ˆ soi : brider ses affections /par rapport ˆ autrui sÕy ­ : se prter ˆ autrui et ne se donner quՈ soi-mme.

Affaires Žtrangres : les prendre en main, non au poumon et au foie

 Suis assez intŽressŽ de mes affaires essentiels, propres et naturels sans en convier dÕautres forains

Les hommes se donnent ˆ louage : leurs locataires sont chez eux, ce ne sont pas eux

MŽnager la libertŽ de notre ‰me et ne lÕhypothŽquer quÕaux occasions justes

LÕoccupation est ˆ certaine manire de gens marque de suffisance et de dignitŽ : leur esprit cherche son repos au branle

Je dŽsire mollement ce que je dŽsire

 

„ La mairie de Bordeaux

Je me dŽchiffre tel que je suis : sans mŽmoire, sans vigilance, sans haine, sans ambition, sans avarice, sans violence

Tracasserie publique quÕa reprŽsentŽ fonction de maire pour son pre

Ce train que je loue en autrui, je nÕaime point ˆ le suivre

 

„ Sages qui prchent les choses comme elles servent et non comme elles sont

Au temple de Pallas mystres apparents /mystres plus secrets :

vrai point de lÕamitiŽ que chacun se doit : amitiŽ salutaire et rŽglŽe

JÕai pu me mler des charges publiques sans me dŽpartir de moi de la largeur dÕun ongle ; me donner ˆ autrui sans mՙter ˆ moi

 

„ ‰pretŽ et violence du dŽsir qui empche plus quÕelle ne sert ˆ la conduite de ce quÕon entreprend : nÕy employer que son jugement et son adresse

impŽtuositŽ qui trouble (et colre et dŽsir etc.)

Paume et autres jeux : engagement ‰pre et ardent dÕun dŽsir impŽtueux jette incontinent lÕesprit et les membres ˆ lÕindiscrŽtion et au dŽsordre

celui qui se porte plus modŽrŽment vers le gain et la perte est toujours chez soi

pauvretŽ des biens aisŽe ˆ guŽrir /pauvretŽ de lՉme impossible

 

„ accoutumance seconde nature et non moins puissante : ce qui manque ˆ ma coutume, je tiens quÕil me manque

mon monde est failli, ma forme est vidŽe, je suis tout du passŽ

les 10 jours du pape : je suis dÕun temps o nous comptions autrement

 

„ la plupart de nos vacations sont farcesques : jouer notre r™le, mais comme r™le dÕun personnage empruntŽ

le maire et Montaigne ont toujours ŽtŽ deux

quand ma volontŽ se donne ˆ un parti, pas dÕune si violente obligation que mon entendement sÕen infecte

faut-il si elle est putain quÕelle soit aussi punaise ?

je me dŽfie un peu tendrement des choses que je souhaite

mme dans leurs dŽsaccords, CŽsar et PompŽe ont gardŽ du respect

 

„ ne pas se prŽcipiter si Žperdument aprs nos affections et nos intŽrts

insensibilitŽ spirituelle /sagesse

quand on a compris injures de la fortune en dŽtourner les avenues : roi Cotys et sa vaisselle

jÕaimais autrefois jeux hasardeux, je mÕen suis dŽfait : piqžre au-dedans en ma perte

ˆ nous autres petits, il faut fuir lÕorage : ne pas nous soumettre ˆ la tentation

qui ne bŽe point aprs faveur des princes ne se pique pas de leur froideur

nos plus grandes agitations ont des ressorts et des causes ridicules

ne pas se mettre furieusement en lice

rien de plus honteux pour gentilhomme que le dŽdire

 

„ Qui ne peut atteindre ˆ cette noble impassibilitŽ sto•que, quÕil se sauve au giron de cette mienne stupiditŽ populaire

mes humeurs sont contradictoires aux humeurs bruyantes ; pour moi je loue une vie glissante, sombre et muette

nÕusurpons pas les voluptŽs de la grandeur

lÕabstinence de faire est souvent aussi gŽnŽreuse que le faire

insuffisance aux maniements publics et aucun dŽplaisir de cette insuffisance