LA RELIGION

                                                Philippe de Champaigne, Ex-voto de Sœur Catherine Suzanne de Champaigne, 1660, Paris, Musée du Louvre

                                                                                                                 « Toute la religion ne consiste qu’à sortir de soi et de son amour-propre pour tendre à Dieu.»  Fénelon
                                                                                
« chacun est souverain en matière religieuse » Spinoza,Traité théologico-politique, chap. 7

INTRODUCTION

1. Les paradoxes d'une analyse philosophique de la religion
2. Le champ des concepts
3. Problèmes de méthode

La technique de la construction de texte
    Leibniz, Essais de théodicée, Discours de la conformité de la foi avec la raison 1-3
  

I. L'expérience religieuse

A. Le sacré et le profane
1. Espace et temps sacré
    a. Un espace qualitatif
        Mircea Éliade, Le sacré et le profane, "L'espace sacré et la sacralisation du monde"
        Philippe Descola, La Composition des mondes
    b. Mythes et calendriers

2. Le rôle des images
    a. les images instructives
        Le tympan de Conques
    b. des images pour prier
        Le Greco, L'Enterrement du comte d'Orgaz ; Fra Angelico, Le Couronnement de la Vierge
   
c. la fonction thérapeutique des images
        Grünewald, Le retable d'Issenheim
    d. images et exercices spirituels
        Antonio Campi, Les Mystères de la passion du Christ
    e. les images acheiropoïètes
    f. les dangers des images

Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, introduction

B. Des hommes et des dieux
1. Des dieux sans religion
    Épicure, Lettre à Ménécée

2. Un trafic entre les hommes et les dieux
    a. l'evocatio
    b. Holopherne

3. Cité des hommes et cité de Dieu

    Saint Augustin, Confessions
    a.
concupiscence, conversion, confession    
    b.
les concupiscences et les deux cités   
    c. le mélange des deux cités et l'histoire humaine
    d. présupposés


II. Foi, raison, conscience, révélation, union

A. Révélation, autorité, conscience
1. Raison et autorité
    a. La raison comme voie d'accès à la révélation
    b. Les insuffisances de la raison et la nécessité de l'autorité

2. Contradictions et ordres
Pascal, Pensées   

Pascal, Entretien avec M. de Saci sur Épictète et Montaigne
    a. condition humaine et divertissement
    b. les trois ordres
    c. la question de la grâce
    d. Dieu caché et folie de la croix
    e. le discours
de la machine et la règle des partis
    f. la conversion
    g. le mémorial
    Pascal, Le [Mémorial]


B. Contemplation et union

1. Le mysticisme
    a. définitions
    b. Contemplation, union, extase et ravissement
        L'oraison d'union ; Le ravissement mystique
c. Les difficultés de l'écriture mystique
        L'écriture mystique
 d. Visions ou illusions ? Le démon, le mystique, le confesseur, les autorités religieuses

2. Le quiétisme


C. Une religion qui ne recourrait pas à une révélation ?

1. la religion dans les limites de la simple raison
    Kant, La Religion dans les limites de la simple raison, Préface de la 1ère édition ; note sur les miracles ; IIIème partie
2. La religion naturelle

    a. révélation, théisme, déisme
    b. la perspective de Hume
    Hume, Dialogues sur la religion naturelle, structure générale des dialogues
    Hume, Dialogues sur la religion naturelle, Deuxième partie ; Quatrième partie ; Onzième partie
    Hume, Histoire naturelle de la religion : tableau général Histoire naturelle de la religion, III


Application de ces différents modèles : les difficultés posées par la lecture de la Bible : l'exemple du péché originel
    Textes sur le péché originel




III. Religion, société, politique

A. Religion et société

    1. L’organisation sociale de la religion
         a. religion et Église
        b. religion et Églises
        c. le paradoxe des chrétiens sans Églises
    2. Le caractère social de la religion
        a. rites religieux et rites sociaux
        b. la religion comme facteur d’unité sociale
            Spinoza, Traité théologico-politique, chap. III, § 12-13
            Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne, chapitre 2

B. Religion et État

    1. Fonder l’État sur la religion
        a. le droit divin
        b. la convergence des autorités

    2. L’État au secours de la religion
        a. intolérance théologique et intolérance politique
        b. la question des droits de la conscience
            Bayle, Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ : "Contrains les d'entrer", II, 6
        c. les critères de la tolérance politique
            Bayle, Dictionnaire historique et critique, article Japon, note E
 
  3. la religion civile                           

        Rousseau, Du Contrat social, IV, 8
        a. le paradoxe des valeurs chrétiennes
        b. le statut de la religion civile

    4. L’utilisation politique de la religion
        a. Machiavel et Savonarole
            Machiavel, Le Prince, chap. 6 ; chap. 24-26 ; Savonarole, Sermons.
        b. critères politiques et critères religieux
            Montesquieu, De l'Esprit des lois, livre XXIV


C. Le théologico-politique


    1. La querelle des investitures

        a.
Canossa

        b.
Henri VIII


    2. Qui est au fondement de la loi ?
                
       a. une confiscation du pouvoir par les théologiens
        Spinoza, Traité théologico-politique, Préface
       b. chacun est souverain en matière religieuse 

        Spinoza, Traité théologico-politique, Chap. VII


IV. Le paradoxe de la foi

"le propre de toute pensée soumise à la méditation religieuse, c’est que le simple a vite fait d’en avoir une intelligence salutaire, et que l’esprit le mieux doué y consacre avec joie toute sa vie, tout en reconnaissant qu’il n’a ni entièrement compris cette pensée, ni conformé sa vie à toute sa perfection. "
                                                                                                                                                                                                                Kierkegaard, O.C.,  tome VIII p. 67
A. Les trois stades : esthétique, éthique, religieux

    1. Qu'est-ce qu'un stade ?
    2. Stade esthétique et stade éthique
        a. L'Alternative
            Éros et la musique
            Le choix
            L'analyse du travail par l'esthéticien et l'éthicien
       
         b. Un livre écrit par un auteur religieux
    3. Le stade religieux
        a. Le critère de reconnaissance du religieux : la souffrance
        b. Stade éthique et stade religieux
        c. Les comparaisons des trois stades

            Le concept d'ironie constamment rapporté à Socrate, Ironie et humour       
        d. les confusions

B. Le péché

1. Péché, volonté, religion
2. Un péché héréditaire
3. Péché et angoisse
4. Conscience du péché et christianisme

C. Objectif et subjectif

1. La critique de l'objectivité
2. Croire et comprendre


D. Scandale et paradoxe
1. Le paradoxe
2. Le scandale

    L'École du christianisme, Le scandale et la foi

3. Crainte et tremblement
    Crainte et tremblement
: Le héros tragique et le chevalier de la foi
    Le Livre sur Adler : Le véritable Extraordinaire et l'homme de mouvement

E. Le christianisme à l'époque de Kierkegaard
1. Un christianisme coutumier
2. Église militante et Église triomphante
3. Un véritable christianisme 

        Discours chrétiens, Pensées qui blessent dans le dos pour l'édification, V.
    a. Comment lire la parole de Dieu
        Pour un examen de conscience recommandé aux contemporains : Comment lire la parole de Dieu

    b. La prière
    c. Les œuvres de l'amour
        Les œuvres de l'amour : Égalité dans le monde et égalité chrétienne

                                                    Ce que le monde et Dieu entendent par amour
    d. Envers Dieu, nous avons toujours tort
    e. Le sérieux de la mort
        Kierkegaard, Trois discours sur des circonstances supposées, Sur une tombe