PROGRAMME DE TRAVAIL POUR L'ORAL




• Travail pendant les vacances : revoir vos notes sur Descartes, relire la Correspondance avec Élisabeth
Avoir lu l'ensemble des Politiques, et en détail le livre III.


À partir de la rentrée, nous allons alterner cours et explications de textes.
Pour les textes, je veux qu'on travaille strictement avec les normes du concours : l'épreuve dure 30 minutes, vous devez parler 20 minutes (ce temps comprenant la lecture du texte), il y a ensuite 10 minutes d'entretien avec le jury.
Pour chaque texte qui figure dans la liste, vous vous mettez par binôme : un candidat /un jury ; vous préparez à la maison : l'explication du texte pour le candidat / une fiche sur les difficultés du texte et les questions qu'on devrait pouvoir poser dessus pour le jury  ; en classe 20 minutes de parole pour le candidat, 10 minutes de questions pour celui qui fait le jury ; et après je termine l'heure en faisant une reprise.
Vous n'aurez plus de préparations écrites à la rentrée ; en revanche vous devez tous avoir passé un oral comme candidat et un comme jury, en vous débrouillant pour avoir joué l'un des rôles avec Descartes et l'autre avec Aristote.
Je donne plus de 12 textes, si je compte bien l'emploi du temps, on va en faire 16 (et je vous laisse un peu de choix, vous auriez de toute façon deux textes du même auteur au choix au concours),  les stakhanovistes peuvent donc en prendre davantage s'ils le souhaitent

• le mardi 14 mai je ferai entièrement cours : complément sur Descartes et cours sur Aristote

• une explication de texte le jeudi 16 mai (Descartes) et pour le reste je fais cours sur Aristote

• à partir de là une heure de cours le mardi /une heure le jeudi et donc 5 explications par semaine.

• Voici la listes des textes dans laquelle vous puisez et que vous réservez !


Descartes, Correspondance avec Élisabeth





• p. 69-70 : "Ainsi je crois que nous avons ci-devant confondu  […] la façon dont l'âme meut le corps."

• p. 73-74 : "Premièrement donc je remarque une grande différence […] on apprend à concevoir l'union de l'âme et du corps."

• p. 75 : "Mais j'ai jugé que c'était ces méditations […] une substance distincte du corps."

• p. 96-97 : "Mais il me semble que la différence qui est […] des plus fâcheuses et insupportables."

• p. 101-102 : "On peut ce me semble aisément remarquer […] le mauvais tempérament du sang que cause la tristesse."

• p. 120 : "Enfin Épicure n'a pas tort […] si ce n'est qu'on la suive."

• p. 132-133 : "Après qu'on a ainsi reconnu la bonté de Dieu […] s'il se pouvait, pour sauver les autres."

• p. 159-160 : "Or ce qu'un roi peut faire […] par laquelle il veut qu'on obéisse à ses lois."

• p. 161 : "Or ce qui m'a fait dire […] les biens de cette vie à ses maux."

• p. 168-169 : "Pour l'admiration […] être reçu." (je me chargerai de l'explication en vous faisant cours sur les Passions de l'âme)

• p. 186-187 : "Ainsi j'ose ici exhorter Votre Altesse […] ce n'est pas le plus généreux."

• p. 227-228 : "Si je ne connaissais le vôtre comme tel […] que d'y être inutilement entretenu."



Aristote, Politiques, livre III




• p. 208 : "Mais on ne doit pas perdre de vue […] jugent toutes les causes."

• p. 212-213 : "Mais il semble que la formulation adéquate de cette difficulté […] d'un seul peuple ou de plusieurs."

• p. 215-216 : "À la suite de ce que nous venons de dire […] un homme de bien, c'est manifeste."

• p. 226 : "Il faut d'abord établir en vue de quoi la cité est constituée […] une joie et une douceur naturelles."

• p. 236 : "Qu'il en soit bien ainsi, c'est manifeste. […] et de permettre les échanges."

• p. 239 : "Mais alors est-il juste que ce soit […] que ce que nous avons dit plus haut."

• p. 240-241 : "Mais qu'il faille que la masse soit souveraine […] et tous jugent le tout."

• p. 248 : "De plus, selon ce raisonnement, tout bien serait […] qu'elle soit bien administrée."

• p. 252-253 : "Mais s'il existe un individu ou un groupe de plusieurs individus  […]  pour une période déterminée."

• p. 255 : "De sorte que, pour cette raison, rien n'empêche […] toujours rois dans leurs cités."

• p. 262 : "Le point de départ de la recherche est celui-ci  […] des cas particuliers."

• p. 264 : "Et c'est peut-être pourquoi les cités furent d'abord […] une constitution autre qu'une démocratie."

• p. 268 : "Mais, en fait, les médecins, quand ils sont malades […] un seul homme de cette manière ?"

• p. 272 : "Quand donc il arrive à un lignage […], mais absolument."