SPINOZA
Traité de la Réforme de l'entendement
Construction générale du livre



A. LE PROPOS (1-48)

 

I. Fin vers laquelle nous nous sommes appliqués  à diriger toutes nos pensées (1-17)

       1. La découverte : perdre des maux certains pour un bien certain (1-11)

                   a. Expérience : le vain et le futile  chercher s’il y a quelque chose qui fût un bien vrai

                   b. Ce que les hommes recherchent : richesses, honneurs, sensualité  divertissement de l’esprit

                   c. ≠ Rechercher ce qui est véritablement utile : amour pour une chose éternelle et infinie

                   d. Nouvel état : les maux cèdent aux remèdes

       2. Ce que j’entends par vrai bien et bien suprême (12-13)

       3. Plan de travail : fin = acquérir une telle nature et faire que beaucoup l’acquièrent avec moi (14-16)

                   a. entendre nature et former société

                   b. morale, éducation, santé, mécanique

                   c. produire par la pensée une façon de soigner l’entendement

       4. Règles de vie pendant que nous œuvrons à ramener l’entendement dans la voie droite (17)

                   a. faire des concessions sur ce qui n’empêche pas d’atteindre notre but

                   b. jouir des délices autant qu’il suffit pour protéger la santé

                   c. monnaies pour entretenir vie et santé ; imiter les mœurs de la cité sur ce qui ne s’≠ but

 

II. Comment purifier l’entendement : moyen = meilleure perception pour parvenir à notre perfection (18-29)

       1. Les modes de perception (18-24)

                   a. les 4 modes :       

1. par ouï-dire : arbitraire

                             2. par expérience vague

                             3. essence conclue à partir d’une autre chose mais non adéquatement

                             4. chose perçue à travers sa seule essence 

                   b. exemples :           

1. ouï-dire : naissance, parents

                             2. expérience vague : je mourrai, choses  usage de la vie

                              3. sentir le corps →  union âme et corps

                              4. connaissance essence âme  unie au corps

                   c. un exemple unique : la quatrième proportionnelle (règle de trois)

                              1. les marchands : opération entendue de leurs maîtres

                              2. on en fait un axiome universel

                              3. mathématiciens et démonstration d’Euclide

                              4. proportionnalité vue intuitivement en ne faisant aucune opération

       2. Choisir le meilleur mode de perception (25-29)

                   a. énumérer moyens nécessaires pour atteindre notre fin  connaître notre nature

                   b. analyse des différents modes de perception : seul le 4ème comprend essence adéquate

 

III. La voie : 1ère voie dans laquelle l’esprit doit s’engager  : rechercher selon la norme d’une idée vraie (30-48)

       1. Objection générale : l’aporie et sa solution (30-38) :

                   a. objection : méthode pour rechercher la méthode et ainsi à l’∞

                   b. ≠ les mains et instruments ; instruments intellectuels simples  ouvrages etc.

                   c. méthode investigation du vrai et instruments innés dont dispose l’entendement

                              1. différence idée vraie / idéat

                              2. la certitude n’est rien en dehors de l’essence objective elle-même

                              3. vraie méthode        chercher un signe de vérité

                                                      = voie pour que la vérité elle-même soit cherchée

                               vraie méthode = idée de l’idée

       2. Conséquences philosophiques (38-42)

                   a. sera la + parfaite méthode  diriger esprit selon norme de l’idée donnée de l’Être le + parfait

                   b. + l’esprit connaît de choses, mieux il entend ses forces et l’ordre de la nature

                   c. système du savoir : le commerce des choses et la déduction

       3. Réponse à des objections (43-48)

                   a. 1ère objection : le recours à la démonstration  raisonnement à l’infini

                      ≠ le bon raisonnement c’est en raisonnant bien que je l’ai approuvé

                   b. scepticisme sur la 1ère vérité

                      ≠ impossibilité d’une position sceptique

 

 

LE PLAN GÉNÉRAL (49)

 

B. LA MÉTHODE (50-110)

 

I. Distinction de l’idée vraie de toutes les autres perceptions et contenir l’esprit loin des autres perceptions (50-90)

       1. D’avec l’idée feinte

                   a. seule l’existence est feinte

                              1. autour des possibles ≠ vérités éternelles

                              2. dans la fabulation

                              3. dans les suppositions ou les hypothèses

                   b. essence feinte (avec ou sans existence)

                              1. élimination de la fiction dans la connaissance

                              2. élimination de la fiction par la fiction

                              3. conséquences

                                          l’attention

                                          la clarté et la distinction, le simple et le composé

                              c. il ne faut d’aucune manière craindre que la fiction ne se confonde avec les idées vraies

       2. D’avec l’idée fausse

                   a. Définition et analyse : seule différence avec idée fictive : suppose un assentiment

                   b. la vérité

                              1. le vrai se distingue du faux par une dénomination intrinsèque

                              2. forme de la pensée vraie dépend de la puissance et de la nature de l’entendement

                              3. vrai et définition génétique

                              4. vrai et idée adéquate ≠ idée mutilée et tronquée

                   c. choses perçues dans l’imagination conçues clairement et distinctement

                              1. exemple : Stoïciens : imagination confuse de l’âme + connaissance distincte des corps

                              2. procéder abstraitement le moins possible

       3. D’avec l’idée douteuse

                   a. définition de l’état de doute dans l’esprit

                   b. indubitable : connaissance de Dieu ≠ dupeur suprême

                   c. doute et investigation qui est faite sans ordre

 

Annexes pour ne rien omettre de ce qui peut conduire à la connaissance de l’entendement et de ses forces

       1. La mémoire et l’oubli (81-83)

                   mémoire renforcée par le secours de l’entendement et sans le secours de l’entendement

       2. L’imagination et l’entendement (84-90)

                   a. imagination et âme pâtit

                   b. idée vraie de l’entendement

                   c. distinction imagination /entendement ; erreurs de ceux qui les confondent

                              1. Mots peuvent être cause de très nombreuses erreurs

                              2. Risque d’erreur en croyant entendre ce que nous imaginons

 

II. But de cette méthode et moyens pour l’atteindre : enseigner règles pour que choses inconnues soient perçues selon une telle norme

      

1. La connaissance (92-93)

    a. que la chose soit conçue à travers sa seule essence ou sa cause prochaine

    b. ne jamais conclure à partir d’abstraits ; meilleure conclusion : à partir d’une essence particulière affirmative

    2. La définition (94-97)

                   a. la bonne définition et la parfaite (94-95)

                   b. ce qu’il faut observer dans une définition

                              1. Pour une chose créée

                                          elle doit comprendre la cause prochaine

                                          toutes les propriétés de la chose doivent pouvoir en être déduites

                              2. Pour une chose incréée

                                          qu’elle exclue toute cause : objet n’a besoin d’aucun autre pour son explication

                                          définition donnée, plus aucun lieu à la question existe-t-elle ?

                                          aucun substantif qui puisse être adjectivé

                                          que de la définition, toutes les propriétés se concluent

                   c. la meilleure conclusion à tirer d’une essence particulière affirmative (98)

                             

III. L’ordre à suivre afin que nous ne nous fatiguions pas à des choses inutiles

       1. Ordre et fondement de la déduction (99-105)

                   a. la série des choses fixes et éternelles et leurs lois (99-101)

                              pour connaître les choses singulières, question de l’expérimentation

                   b. le fondement de la déduction (104-105)

       2. Des forces et de la puissance de l’entendement (106-110)

                   a. la question de l’entendement (106)

                   b. le pb de sa définition à résoudre par ses propriétés (107)

                   c. Les principales propriétés de l’entendement (108)

                              I. il enveloppe la certitude

                              II. il forme certaines idées absolument / certaines à partir d’autres

                              III. celles formées absolument expriment l’infinité / les déterminées formées à partir d’autres

                              IV. il forme les idées positives avant les négatives

                              V. il perçoit les choses sous un aspect d’éternité / il imagine les choses sous une durée déterminée

                              VI. idées claires et distinctes suivent de la seule nécessité de notre nature ≠ confuses, formées contre notre gré

                              VII. esprit peut déterminer de multiples manières idées formées à partir d’autres

                              VIII. plus les idées expriment de perfection d’un objet, plus elles sont parfaites

                   d. essence de la pensée à demander à ces propriétés (et non aux idées fausses et fictives)

 

IV. Cette méthode sera la plus parfaite quand nous aurons l’idée de l’Être le plus parfait (49)

commencer la philosophie avec début Éthique I ?