MONTAIGNE
ESSAIS, III, 6
CONSTRUCTION




    I. Les grands auteurs qui écrivent des causes

           Se servent de celles qu’ils estiment être vraies

           Et de celles qu’ils ne croient pas pourvu qu’elles aient invention et beauté

           --> disent assez véritablement et utilement s’ils disent ingénieusement

 

    1. 1er exemple : coutume de bénir ceux qui éternuent

           les 3 vents produits par l’homme, éternuement vient de la tête = le seul qui est sans blâme

 

    2. 2nd exemple : la cause du soulèvement d’estomac qui advient à ceux qui voyagent en mer

           a. 1ère explication : la crainte

           Cause critiquée par Montaigne au nom de l’expérience

                            Exemple des bêtes

                            Exemple d’un de ses amis qui n’a plus eu envie de vomir en raison d’une grande frayeur

                            Exemple de Montaigne : n’a jamais eu peur de l’eau

                                              La peur ne m’a jamais troublé ou ébloui

                                              Tous les dangers que j’ai vus, ça a été les yeux ouverts, la vue libre, saine et entière 

                                                               Il faut du courage à craindre

                                                               Ce qu’Alcibiade raconte de Socrate

                                                                Rien qui jette tant aux dangers qu’une faim inconsidérée de nous mettre hors

                                              Erreur du peuple disant que penser à la mort = craindre la mort

                                              Importance de la prévoyance

                                              Qui aurait fait perdre pied à mon âme ne la remettrait jamais droite en place

           b. Ce que Montaigne ne peut supporter longtemps : coche, litière, bateau

                            Je ne puis souffrir sous moi un siège tremblant

                            C’est un remuement interrompu qui m’offense

                                              Proposition des médecins pas essayée par Montaigne

           c. infinie variété que les histoires nous présentent de l’usage des coches

                            Coches guerriers : les Hongres contre les Turcs

                            Variété des coches utilisés par les rois (bœufs, tigres, autruches)

 

d. Les dépenses excessives des rois

                            N’ont pas à les faire dans leur propre pays

                                              De même gentilhomme ne doit pas se vêtir avec recherche chez lui

                                              Montaigne aimait à se parer quand il était cadet

                                              Contes merveilleux de la frugalité des grands rois

                            Mauvaises dépenses des rois : les fêtes /bonnes dépenses : hôpitaux, chemins etc.

                                              Grandes fêtes : on festoie aux dépens du peuple

                                              Un roi n’a rien qui soit proprement sien ; il se doit soi-même à autrui

                                              Critique des gouverneurs qui apprennent aux jeunes princes les largesses

                                              Sujets d’un prince excessif en dons se rendent excessifs en demandes

                            Les fêtes des empereurs romains 

                                              Flatter le peuple ; peuple habitué aux spectacles ; donnés par particuliers /par maitres

                                              La beauté des spectacles à Rome

                                                               La scène : arbres, animaux, gladiateurs

                                                               Les grands amphithéâtres couverts de marbre

                                                               Les changements de décor : crevasses, mer, sable, montagnes…

                                                               Protection des spectateurs de la pluie, de la violence des bêtes

                                              En ces vanités même nous découvrons combien ces siècles étaient fertiles

                                                               Notre faiblesse par rapport aux anciens

 

 

    II. Quand tout ce qui est venu par récit du passé serait vrai et su, ce serait moins que rien au prix de ce qui est ignoré

                  1. Exemples d’ignorance

                                   les événements

                                   les grandes polices et nations

                                                     miracle de notre artillerie, de notre impression /connues depuis mille ans en Chine

                  2. --> nous concluons vainement de la décrépitude du monde par les arguments tirés de notre faiblesse

 

    III. Notre monde vient d’en trouver un autre

        1. Un monde enfant dont nous avons hâté la déclinaison et la ruine

                            a. comparaison de leurs qualités /des nôtres

ne nous devaient rien en clarté d’esprit et pertinence

                                              ne nous cédaient non plus en l’industrie

                                              avaient plus que nous dévotion, observance des lois, bonté libéralité

                                                               se sont perdus par cet avantage et trahis eux-mêmes

                            b. comparaison de leur hardiesse et de leur courage à ceux des Anciens

                                              défaite due à la disparité : surprise, nouveauté, inégalité des armes

                                              généreuse obstination

                            c. comparaison de nos modes de conquête /ceux des Anciens

                                              Alexandre, Grecs, Romains auraient défriché et conforté

                                              Nous nous sommes servis de leur ignorance à les plier plus facilement à la trahison et avarice

                                                               Peuples passés au fil de l’épée pour la négociation des perles et du poivre

2. Descriptions de la conquête

                            a. l’arrivée des Espagnols

                                              Leurs prétentions

                                              Réponse

                                              Pas les marchandises qu’ils cherchent ne s’y arrêtent pas

                            b. Le supplice du roi du Pérou

                            c. le supplice du roi de Mexico

                            d. les cruautés

                                              pas guerre, mais destruction

           3. les conséquences de la conquête

                            chefs qui ont été condamnés

                            Dieu a méritoirement permis que les pillages soient absorbés par mer ou par guerres intestines

           4. Ils jugeaient ainsi que nous que l’univers est proche de la fin

                            Prirent pour un signe la désolation que nous y apportâmes

                            Croyaient que l’état du monde se départ en 5 âges

           5. Pompe et magnificence du chemin qui va de Quito à Cuzco

                           

 

IV. Retournons à nos coches

Se font porter sur les épaules des hommes

Le roi du Pérou sur des brancards d’or

On tue les porteurs, mais d’autres les remplacent

Sa mort quand un homme de cheval va le saisir au corps