La construction des différentes histoires dans
Jacques le Fataliste




           

Niveaux narratifs du texte et correspondance entre ces niveaux et les couleurs de cette construction:
   
les péripéties : marron

les contes en mentionnant qui fait le conte : bleu ; chaque début d'un conte est indiqué en gras

les discussions philosophiques  de Jacques et de son maitre et de façon plus générale leurs querelles : vert

les propos philosophiques de Jacques commentés par le narrateur : noir

les adresses au lecteur : rouge

éléments de commentaire que j'ajoute : en violet et entre [ ]



D’où venaient-ils ? où allaient-ils ? [la suite du livre donnera une réponse à la dernière question : voir le fils de Saint Ouin dont le maître doit payer l’éducation]

Est-ce que l’on sait où l’on va ?

Conte 1. Jacques. L’histoire des amours de Jacques. Amoureux par un coup de feu

Vous voyez lecteur qu’il ne tiendrait qu’à moi de vous faire attendre un an, deux ans, trois ans le récit des amours de Jacques. Qu’est-ce qui m’empêcherait de marier le maître et de le faire cocu ? d’embarquer Jacques pour les Îles ? […] Qu’il est facile de faire des contes ! Mais ils en seront quittes l’un et l’autre pour une mauvaise nuit et vous pour ce délai

Conte 1 (suite) : Jacques et son père ; s’enrôle ; blessure au genou

Chaque balle a son billet ; les chaînons de la gourmette

Le paysan et la fille qu’il portait en croupe

Qu’est-ce que cette aventure ne deviendrait pas entre mes mains s’il me prenait fantaisie de vous désespérer ?

Conte 1 (suite) : La terrible douleur au genou

S’évanouit devant la maison d’un paysan

Quand je serais devenu amoureux d’elle qu’y aurait-il à dire ? Tout ce qui nous arrive de bien et de mal était écrit là-haut : savez-vous Monsieur quelque moyen d’effacer cette écriture ? Tout a été écrit à la fois. C’est comme un grand rouleau qui se déploie petit à petit

Je pourrais continuer cette conversation ; si vous me savez peu de gré de ce que je vous dis, sachez m’en beaucoup de ce que je ne vous dis pas

La mauvaise auberge ; les coupe-jarrets ; partent tôt en emportant les clefs et cependant Jacques va doucement

On ne sait pas ce qui est écrit là-haut : ce qu’on appelle raison est souvent une dangereuse fantaisie.

Mon capitaine croyait que la prudence est une supposition, dans laquelle l’expérience nous autorise à regarder les circonstances où nous nous trouvons comme causes de certains effets à espérer ou à craindre pour l’avenir

Le calcul qui se fait dans nos têtes et celui qui est arrêté sur le registre d’en haut sont deux calculs bien différents. La prudence ne nous assurait point un bon succès, mais nous consolait et nous excusait d’un mauvais

Cela ne me servirait à rien de savoir ce qui est écrit sur le grand rouleau

Vous allez croire… il ne tiendrait qu’à moi et alors adieu le récit des amours de Jacques ; j’ignore ce qui se passa dans l’auberge après leur départ.

Il est bien évident que je ne fais pas un roman puisque je néglige ce qu’un romancier ne manquerait pas d’employer. Celui qui prendrait ce que j’écris pour la vérité serait peut-être moins dans l’erreur que celui qui le prendrait pour une fable

Conte 1 (suite) : On cherche un chirurgien ; les trois chirurgiens ; que diable faisait-elle à sa porte ? ; dispute entre les chirurgiens pour savoir s’il faut ou non couper la jambe à Jacques

Je vous fais grâce de tout ce que vous trouveriez dans un roman

Métaphysique très subtile et peut-être très vraie : cherchait à faire concevoir à son maître que le mot douleur est peut-être sans idée et qu’il ne commençait à signifier quelque chose que lorsqu’il rappelait à notre mémoire une sensation que nous avions éprouvée

Conte 1 (suite) : Mari et femme au lit

Discussion interminable et contradictoire sur les femmes ; et ils avaient tous deux raison

Orage et doivent s’arrêter

Où ? plein d’endroits différents énumérés : car, quoique tout cela vous paraisse également possible, Jacques n’était pas de cet avis : il n’y avait réellement de possible que la chose qui était écrite là-haut.

Perte de la bourse de voyage et de la montre / ce que fait le maître / ce que fait Jacques [seul point de l'histoire que l'on peut situer précisément géographiquement : Conches]

Comment est-ce que je fais lecteur ? Maître montre, tabatière et Jacques : ce qui reste de tabac le soir dans ma tabatière est en raison directe de l’amusement ou inverse de l’ennui de ma journée. Je vous supplie Lecteur de vous familiariser avec cette manière de dire empruntée de la géométrie, parce que je la trouve précise et que je m’en servirai souvent

Jacques a récupéré la bourse et la montre et retrouve son maître qui s’est fait voler son cheval

Conte 1 (suite) : Chirurgien qui ne veut pas couper la jambe revient ; conversation sur la longueur de la guérison

Quelle autre couleur n’aurais-je pas été mtre de donner à cette conversation en introduisant un scélérat parmi ces bonnes gens ; j’aurais pu appeler quelqu’un au secours de Jacques, et ce quelqu’un aurait été un soldat de sa compagnie, mais cela aurait pué le Cleveland à infecter. La vérité ; la vérité me direz-vous est souvent froide, commune et plate

Conte 2. Narrateur : l’histoire du poète de Pondichéry

achat d’un nouveau cheval

Conte 3. Jacques : l’histoire du frère de Jacques qui a été carme déchaussé et qui est mort durant le tremblement de terre de Lisbonne

Le cheval de Jacques et les fourches patibulaires

 Conte 3 (suite) :Tout le complot mené contre le frère de Jacques

Croisent un corbillard : Jacques : "mon capitaine, mon capitaine"

Où allaient-ils ? 
    Conte 4. Narrateur : aventure d’Ésope : son maître lui dit d’aller au bain et que s’il y a peu de monde, ils se baigneront ; croise patrouille d’Athènes qui lui demande où il va ; répond qu’il n’en sait rien; la patrouille lui dit qu'il doit marcher vers la prison. Ésope : je l’avais bien dit que je ne savais pas où j’allais, je voulais aller au bain et voilà que je vais en prison

Jacques qui pleure son capitaine

Maître qui console, discussion sur la consolation

Conte 1 (suite) : Suite du récit des amours de Jacques : propose de payer

Conte 5. Jacques : expliquer pourquoi son capitaine a été privé par la mort de son ami du plaisir de se battre une fois par semaine

On recroise le corbillard, Jacques essaie de poursuivre ceux qui le portent, menacé, renonce

Conte 5 (suite) : Jacques reprend l’histoire du capitaine

Jacques qui rêve ; rompt alors son silence par propos lié dans son esprit, mais aussi décousu dans la conversation que la lecture d’un livre dont on aurait sauté quelques feuillets : la vie se passe en quiproquos

Cheval de Jacques qui retourne près des fourches patibulaires ; maître et Jacques qui s’inquiètent

On peut pendre un innocent, quiproquo de justice

Conte 5 (suite) : Jacques reprend l’histoire de son capitaine

Voyez lecteur comme je suis obligeant, il ne tiendrait qu’à moi, et je pourrais vous impatienter à mon aise, mais pour cela il faudrait mentir et je n’aime pas le mensonge à moins qu’il ne soit utile et forcé

Conte 5 (suite) : Histoire du capitaine

Histoire du capitaine qui m’a été racontée circonspection si vous ne voulez pas pendre dans cet entretien de Jacques et de son maitre le faux pour le vrai et le vrai pour le faux

Rien de si bizarre dans l’imagination d’un poète dont l’expérience et l’observation ne vous offrissent le modèle dans la nature 
    Conte 6 : narrateur : histoire de Gousse et de Prémontval

Lecteur ce n’est pas poli, j’en ai assez. Il faut sans doute que j’aille quelquefois à votre fantaisie, mais il faut que j’aille quelquefois à la mienne, sans compter que tout auditeur qui me permet de commencer un récit s’engage d’en entendre la fin

Cheval de Jacques qui est parti comme un dératé ; Jacques franchit les portes de la ville ; porte basse, tombe, tête fendue, sans connaissance ; le cheval est parti chez le bourreau

Jacques va mieux ; remerciement au bourreau

Conte 7. Le maître : l’histoire de la mort de Socrate

Maître rit des pressentiments, mais en tremblant

Conte 8 : le maître : histoire de la femme qui vivait à la campagne dont le mari a été attaqué de la pierre

Conte 1 (suite) : Jacques reprend l’histoire de ses amours

Jacques : j’ai remarqué plusieurs fois que le destin était cauteleux. On lui dit au premier moment qu’il en aura menti et il se trouve au second moment qu’il a dit vrai.

Conte 1 (suite) : Jacques transporté chez le chirurgien ; commence à aller mieux, marche avec béquilles, la fille et la cruche d’huile, Jacques et les bandits, arrive chez le chirurgien en souffrant et en n’ayant plus un sou

Conte 6 (suite) : Narrateur reprend histoire de Gousse qui n’avait qu’une seule chemise parce qu’il avait un corps à la fois

Conte 9 : Narrateur annonce mais ne raconte pas l’histoire de l’homme en livrée qui jouait de la basse

Jacques et son maître atteignent la ville où ils ont la nuit à passer ; l’hôtesse et la pauvre Nicole ; le dîner

Conte 1 (suite) : Reprend l’histoire de ses amours ; carrosse qui s’arrête

Dessert ; apprennent qui est Nicole ; se couchent et dorment

Conte 9 (suite) : narrateur raconte pour occuper le lecteur pendant sommeil de Jacques et de son maître : l’homme en livrée qui jouait de la basse

Jacques : on ne sait jamais ce que veut le ciel et il n’en sait peut-être rien lui-même

Conte 1 (suite) : Amours de Jacques

Hôte, compère et prêt d’argent

Hôtesse vient les voir, disputes avec Jacques, toujours Nicole

Conte 10 : l’hôtesse : Mme de la Pommeraye et le marquis des Arcis

Constamment interrompue, finit par les quitter et dit qu’elle reviendra le soir

Jacques

Conte 11 : la gaine et le coutelet

Jacques et son baîlllon chez son grand-père

Conte 12 : Jacques : l’histoire du camarade de son capitaine

Ah monsieur vous allez voir combien nous sommes peu maitres de nos destinées et combien il y a de choses bizarres inscrites sur le grand rouleau

Conte 12 (suite) : Histoire du camarade du capitaine

Conte 10 (suite) : Hôtesse arrive avec champagne et reprend son histoire

Hôtesse qui a connu le capitaine de Jacques

Conte 10 (suite) : Histoire racontée par l’hôtesse

Hôtesse qui ne veut pas raconter sa propre histoire, mais a été élevée à Saint Cyr

Choses que l’on pourrait dire en faveur de Melle Duquênoi ; chose que l’on pourrait dire en faveur de Mme de la Pommeraye ; ah lecteur vous êtes bien léger dans vos éloges et bien sévère dans votre blâme

Jacques qui a des frissons, la gourde de tisane

Conte 1 (suite) : Reprend l’histoire de ses amours ; château de M. Desglands, Denise

Prière de Jacques : toi qui as fait le grand rouleau quel que tu sois, et dont le doigt a tracé toute l’écriture qui est là-haut, tu as su de tous les temps ce qu’il me fallait ; que ta volonté soit faite

Conte 1 (suite) : Denise chargée de veiller à ce que Jacques soit bien traité

Conte 13 : le maître : Desglands, sa maîtresse et le jeu

Grande dispute entre Jacques et le maitre ; solution de l’hôtesse

Mettre fin définitivement à ces disputes par quelque arrangement raisonnable : stipuler que Jacques abusera de son avantage toutes et quantes fois que l’occasion s’en présentera ; il faut que Jacques soit insolent et que pour la paix le maitre ne s’en aperçoive pas. Il fut arrêté que vous auriez le titre et que j’aurais la chose

maitre : et que fait notre consentement à une loi nécessaire ? / Jacques : toutes nos querelles ne sont venues jusqu’à présent que de ce que nous ne nous étions pas encore bien dit, vous, que vous vous appelleriez mon maitre, et que c’est moi qui serait le vôtre ; tout ce qu’on apprend dans le grand livre

départ de l’auberge ; voyage avec le Marquis des Arcis et un 4ème personnage

Conte 14 : Annonce : marquis des Arcis va commencer histoire de son secrétaire

Lecteur, je suis aussi curieux que vous de l’histoire des amours de Jacques ; Jacques aime parler de lui ; raison pour laquelle populace aime exécutions publiques : avoir histoire à raconter

Jacques ne connaissait ni le nom de vice ni le nom de vertu ; il prétendait qu'on était heureusement ou malheureusement né (= ce que le narrateur tient de Jacques) ; croyait qu’un homme s’acheminait aussi nécessairement à la gloire ou à l’ignominie qu’une boule qui aurait la conscience d’elle-même suit la pente d’une montagne ; distinction d’un monde physique et d’un monde moral lui semblait vide de sens

Je l’ai plusieurs fois contredit mais sans avantage et sans fruit : que répliquer à celui qui vous dit : quelle que soit la somme des éléments dont je suis composé, je suis un ; or une cause une n’a qu’un effet ; j’ai toujours été une cause une, je n’ai jamais eu qu’un effet à produire, ma durée n’est donc qu’une suite d’effets nécessaires

D’après ce système, on pourrait s’imaginer que Jacques ne se réjouissait, ne s’affligeait de rien, cela n’était pourtant pas vrai. Il se conduisait à peu près comme vous et moi. Il remerciait son bienfaiteur pour qu’il lui fît encore du bien ; il se mettait en colère contre l’homme injuste ; et quand on lui objectait qu’il ressemblait alors au chien qui mord la pierre qui l’a frappé, nenni disait-il la pierre mordue par le chien ne se corrige pas, l’homme injuste est modifié par le bâton ; souvent il était inconséquent comme vous et moi

Conte 14 (suite) : marquis des Arcis raconte histoire de son secrétaire et du père Hudson

Conte 15 : Jacques : histoire que lui a raconté secrétaire du marquis des Arcis sur dame qui aurait voulu que son mari reçoive les derniers sacrements

Conte 1 (suite) : Jacques reprend histoire de ses amours

Conte 16 : Jacques raconte la perte de son pucelage : Bigre père, Bigre fils et Justine

Lecteur il me vient un scrupule : ne pas vous avoir présenté Bigre : quand on dit Bigre on pense à un grand charron comme quand on dit Boulle on pense à un grand ébéniste

Conte 1 (suite) :  Jacques, dame Suzanne et dame Marguerite

Conte 17 : le petit homme criant et écumant prêt à se jeter du haut du fenil

Reprend lecteur qui lui reprocherait obscénités

Description de Jacques et de sa gourde ; gourde qui était une espèce de pythie portative, silencieuse aussitôt qu’elle était vide. À Delphes, la pythie, ses cotillons retroussés, assise à cul nu sur un trépied, recevait son inspiration de bas en haut ; Jacques sur son cheval, la tête tournée vers le ciel, sa gourde débouchée et le goulot incliné vers sa bouche, recevait son inspiration de haut en bas ; appelait la Pentecôte la fête des gourdes. Et jacques s’est servi du terme engastrimestre sur le texte original ventriloque

Jacques qui a mal à la gorge

Conte 18 : le maître : le maître de Jacques et le chevalier de Saint-Ouin

Personnage qui pourrait apparaître ; un faiseur de romans n’y manquerait pas , mais je n’aime pas les romans à moins que ce soient ceux de Richardson

Conte 18 (suite) :Reprise de l’histoire du chevalier de Saint-Ouin, l’affaire avec Agathe

Conte 19 : le maître : l’histoire de l’emplâtre de Desglands

Mon capitaine disait posez une cause, un effet s’ensuit ; d’une cause faible, un faible effet, d’une cause momentanée, un effet d’un moment ; mon capitaine disait aussi que la jouissance d’une liberté qui pourrait s’exercer sans motif serait le vrai caractère d’un maniaque

Le cheval du maître chez le paysan, l’échange

Conte 18 (suite) : Fin de l’histoire avec Agathe

Aller chez les gens qui gardent l’enfant

Conte 1 (suite) : Jacques et Denise

Jacques et sa gourde : atteintes à la gourde en raison inverse des distances

Conte 1 (suite) : Nouvelle incision faite par le chirurgien : morceau de tissu qui était resté

La rupture des courroies préparée par Jacques

 

Il était écrit que Jacques ne finirait pas l’histoire

Plusieurs versions possibles, textes qui ne sont pas satisfaisants